Le crime de la traite des êtres humains, raconté à travers les yeux des victimes.

Ce sont des expériences vécues informées par les survivants, des récits composites de situations et d'événements de la vie réelle. Pouvez-vous identifier ce qui fait qu'Antonio vit la traite des êtres humains ?

Antonio

Venu en Amérique pour poursuivre une opportunité prometteuse.

Un récit d'un réseau organisé de trafic de main-d'œuvre dans l'industrie de la restauration.

J'ai tout fait correctement, tout légalement. J'ai obtenu mon visa de travail et un emploi par l'intermédiaire d'un recruteur en ligne. J'avais déjà travaillé dans des restaurants auparavant et je savais que je pouvais gagner beaucoup d'argent aux États-Unis et en envoyer à mes parents au Mexique pour aider à subvenir aux besoins de mon petit frère et de ma petite sœur.

J'ai été conduit avec 14 autres personnes du Mexique au Texas, puis au Colorado. J'habite dans un logement de fonction avec plusieurs autres et on nous fait aller et venir au travail. Nous sommes toujours surveillés.

Je suis ici depuis des mois et je n'ai pas été payé, aucun de nous ne l'a été. Quand j'ai posé des questions sur le salaire ils ont dit que je devais pour le logement. Les trafiquants créent souvent une illusion de dette afin de ne jamais avoir à payer l'employé pour son travail. Il s'agit d'un système inventé appelé « servitude pour dettes ».

Ensuite, j'ai été menacé. Ils ont précisé qu'ils pourrait blesser ma famille au Mexique.Les trafiquants menacent les victimes comme moyen de coercition pour les maintenir dans leur situation de traite.

Maintenant, je suis obligé de travailler dans différents restaurants, dans différentes villes. Je ne sais même pas où je suis. Je n'ai pas le droit de parler à personne.L'isolement est une tactique utilisée par les trafiquants pour garder les victimes coupées des ressources afin qu'elles ne puissent pas obtenir d'aide. Je fais la vaisselle à l'arrière et je n'ai aucun contact avec qui que ce soit qui pourrait m'aider et je ne sais pas à qui parler en toute sécurité de toute façon.

Ma famille à la maison doit s'inquiéter pour moi. Je n'ai pas pu les appeler ni envoyer d'argent. j'ai honte de ne pas pouvoir les aiderLes personnes victimes de la traite des êtres humains ont souvent honte d'être dans leur situation et se blâment, ce qui rend plus difficile pour elles de trouver une issue à la situation de traite., et que c'est moi qui ai besoin d'aide. Je suis encore plus un fardeau pour eux maintenant, et ils comptaient sur moi.

Mon visa est expiré maintenant et j'ai peur d'être expulsé.Maintenant, Antonio est totalement contrôlé par le trafiquant, il ne peut travailler nulle part ailleurs. S'il est expulsé, il perdra la possibilité d'avoir un emploi bien rémunéré pour aider sa famille. Je ne veux pas être renvoyé chez moi. J'ai l'impression d'avoir laissé tomber ma famille. Tout ce que je veux, c'est un travail décent pour pouvoir les aider.

QUE POUVEZ-VOUS FAIRE